Inauguration de la station d'épuration de Habas

Inauguration de la station d'épuration de Habas
La nouvelle station d'épuration de HABAS vient d’être inaugurée mardi 30 novembre 2021, en présence de Stéphane Bonnefon, représentant de l’Agence de l’Eau Adour Garonne, Damien Delavoie, conseiller départemental, Jean-Louis Pédeuboy, président du SYDEC, et Jean-François Lataste, maire de Habas.

L’ancienne station d’épuration étant devenue obsolète, le SYDEC a proposé aux élus d’en construire une nouvelle, plus moderne et mieux adaptée aux besoins de la population. Cet investissement a été décidé par les élus du Comité territorial du Pays d’Orthe et Arrigans et programmé sur plusieurs exercices budgétaires.

PROBLÉMATIQUE

La problématique majeure à laquelle le SYDEC a été confronté était de trouver un milieu récepteur susceptible d’accepter le rejet des eaux traitées. Après l’étude de différents scénarii, c’est le rejet dans le Gave de Pau qui a été retenu. En effet, cette solution présente plusieurs atouts :

  • une absence d’impact sur le ruisseau du Gassiat, affluent de l’Arrigan et milieu sensible.
  • le rejet dans le Gave de Pau offre toutes les garanties sur le long terme, permettant ainsi à la commune de poursuivre son développement sereinement.

LA NOUVELLE STATION D’ÉPURATION

Le chantier s’est achevé en juillet 2021. La nouvelle station d’épuration, d’une capacité de 1 700 équivalents habitants, utilise une technique éprouvée, fiable et efficace. Sa situation à l’écart des habitations (route de la gare) et son intégration dans l’environnement sont des atouts supplémentaires pour que ce nouvel équipement satisfasse aux besoins de la commune pendant de longues années.

FINANCEURS DU PROJET 

•  Agence de l’Eau Adour Garonne : 1 810 000 euros HT (46%)
• Conseil Départemental des Landes : 530 000 euros HT (13%)
• SYDEC : 1 620 000 euros HT (41%).

COÛT DES TRAVAUX : 3 960 000 euros hors taxe

• Construction de la station d’épuration : 1 750 000 euros HT.
• Réalisation de la canalisation de transfert des eaux brutes et de rejet des eaux traitées : 2 210 000 euros HT.