EAU POTABLE // Une nouvelle unité mobile de déferrisation installée à la station de Pinan à Souprosse

EAU POTABLE // Une nouvelle unité mobile de déferrisation installée à la station de Pinan à Souprosse
Le SYDEC vient de se doter d’une unité mobile de déferrisation. Ce nouvel équipement permettra d'éliminer efficacement le fer à la station de production d'eau potable du Pinan à Souprosse.

En raison d’une dégradation de la qualité de l’eau, un dépassement régulier du seuil de référence de qualité fixé à 200 µg/l a été observé au niveau du fer sur la commune de Souprosse. Si des concentrations supérieures au seuil ne constituent pas de risques pour la santé humaine, un taux trop élevé peut générer des désagréments pour l’usager (coloration de l’eau, tâches sur les ustensiles ou le linge...). Il était donc urgent de se doter d’un équipement pour éliminer le fer à la station de production d'eau potable de Pinan à Souprosse.

Une unité mobile de déferrisation pour éliminer le fer sur le réseau d’eau

La solution retenue pour éliminer le fer est un traitement par oxydation physico-chimique, grâce à la mise en place d’une unité de déferrisation.

Afin d’être opérationnel au plus vite, le process a été installé sur site, dans un conteneur maritime livré depuis Marseille.

Un engagement respecté par le SYDEC

Depuis le mois de septembre, l’eau distribuée aux abonnés des communes de Audon, Gousse (en partie), Gouts, Laurède (en partie), Lourquen, Mugron, Nerbis, Onard, Souprosse, Saint-Aubin, Saint-Jean-de-Lier, Toulouzette, Vicq-d’Auribat répond aux exigences de qualité du SYDEC.

Une campagne de purges des réseaux est prévue afin d’éliminer le fer accumulé dans les conduites depuis des années, permettant ainsi de retrouver la qualité de l’eau recherchée.

Enfin, des travaux de réhabilitation complète de la station de PINAN sont prévus et seront l’occasion de réfléchir à la mise en place d’un traitement définitif.

Un projet financé à 100 % par le SYDEC

Ces opérations d’amélioration de la qualité de l’eau, de l’ordre de 450 000 euros hors taxes, sont intégralement financées par le SYDEC, sans répercussion sur le prix de l’eau potable.